Agenda Prenez rendez-vous

L’isolation des murs

Souvent placée en deuxième priorité après l’isolation du toit, l’isolation des murs peut être réalisée par l’intérieur comme par l’extérieur.

Isolation des murs par l’extérieur

isolation des murs exterieur

L’isolation par l’extérieur doit être envisagée en priorité, lorsque les conditions sont réunies. Elle permet d’isoler et de faire le ravalement en même temps.

Les avantages de cette technique :

  • Grâce à la continuité de l’isolant, notamment au niveau des planchers intermédiaires, un plus grand nombre de ponts thermiques sont traités et la condensation est limitée.
  • L’inertie des murs est conservée (l’inertie d’un mur est sa capacité à emmagasiner puis à restituer la chaleur de manière diffuse).
  • Aucune modification des surfaces habitables n’est engendrée.
  • Les murs sont protégés des variations climatiques.

Les inconvénients de cette technique :

  • Cette technique est souvent plus coûteuse que l’isolation par l’intérieur (hors coût de ravalement).
  • Elle nécessite de changer les seuils de fenêtre, d’intégrer les descentes de gouttières…
  • L’aspect extérieur du bâtiment est modifié, ce qui implique de faire une déclaration préalable de travaux ou un permis de construire.
  • Certains ponts thermiques peuvent subsister, notamment au niveau des  encadrements de baies, des planchers, des balcons, des escaliers extérieurs..

Isolation des murs par l’intérieur

Les avantages de cette technique :

  • Le coût de cette technique est moins important que celui de l’isolation par l’extérieur.
  • L’aspect extérieur du bâtiment n’est pas modifié.

Les inconvénients de cette technique :

  • Elle engendre une diminution de la surface habitable.
  • Sa mise en œuvre est contraignante : pièce condamnée pendant la durée des travaux, gêne pour l’ouverture des fenêtres, le passage des canalisations et des prises électriques dans l’isolant…
  • Il est difficile d’assurer la continuité de l’isolation (au droit des murs de refend, des planchers, des fondations, des plafonds, des balcons…) et donc d’éliminer les ponts thermiques.

(source : guide ADEME « Isoler sa maison »)

Performances d’isolation

Les performances d’isolation recommandées sont indiquées dans le tableau ci-dessous. Plus la résistance thermique (R) est grande plus l’isolation est forte.

Performance minimum à atteindre pour :

Parois à isoler Obtenir les aides financières Une rénovation basse consommation Une rénovation très basse consommation (niveau bâtiment passif)
Mur (par l’intérieur ou par l’extérieur) R ≥ 3,7 m².K/W R ≥ 4 m².K/W R ≥ 6 m².K/W

Choix des matériaux

Que l’isolation se fasse par l’intérieur ou par l’extérieur, sur un mur en pierre ou sur un mur en parpaing, le choix des matériaux est primordial pour qu’il s’adapte aux spécificités de votre bâtiment et qu’il ne génère aucune dégradation (moisissures, rétention d’eau, … ).

Par exemple, lors de l’isolation de murs traditionnels en pierre, une attention particulière doit être observée dans le choix des matériaux (perspirants, capillaires…) et dans la technique d’isolation, afin de ne pas créer de pathologies types rétention d’eau dans le mur, moisissures. Si l’aspect architectural complique dans certains cas l’isolation extérieure, une solution performante est une isolation intérieure complétée d’un enduit isolant extérieur qui va limiter les potentiels ponts thermiques.

Pour aller plus loin :

Fiche technique

Points de vigilance

  • Les matériaux isolants doivent être protégés pour leur assurer une bonne longévité. Il est fortement recommandé de mettre en œuvre des membranes frein ou pare vapeur et pare-pluie. Celles-ci, si elles sont correctement posées assureront également une bonne étanchéité à l’air.
  • Avoir des murs en pierre de 50cm d’épaisseur ne signifie pas être isolé thermiquement ! Pour obtenir une performance thermique de R=3,7m².K/W, il faut un mur en pierre de 13 m d’épaisseur ou l’isoler avec 14 cm de laine de bois…